Sélectionner une page

Le Chef d’Entreprise est dans une situation la fois singulière et plurielle. Plurielle car sa vie est éclatée en de multiples sphères. Singulière car il se doit d’être performant dans chacune d’elles.

Dans la dimension affective et/ou familiale, il doit, pour le moins, se montrer père exemplaire, époux attentionné et amant prévenant.
Dans sa vie sociale, il doit être ami fidèle, citoyen responsable, engagé dans la défense de l’environnement, luttant pour la paix dans le monde, fin connaisseur des arts et lettres et hôte sachant recevoir autant que donner de sa personne.

le Chef d’Entreprise ne doit sa survie qu’au parcours périlleux d’un chemin souvent éclairé par les opinions contradictoires

Dans sa dimension économique, il doit être créateur de valeur, fonctionnaire efficace, employé compétent, cadre responsable, dirigeant performant et Chef d’Entreprise innovant et charismatique, à l’écoute des organisations représentatives et des attentes de ses collaborateurs, respectueux des contraintes administratives, curieux des évolutions techniques et sociétales, au moins dans son domaine d’activité, disponible pour ses fournisseurs, clients et ses pairs, et enfin expert comptable et financier avisé.

Depuis Galilée la terre est redevenue plate et immobile car rien de ce qui s’y passe ne doit plus échapper à l’œil et aux oreilles du Chef d’Entreprise nouvel anthropologue polyglotte. Un papillon se pose sur une épaule en orient et l’occident vacille, un crédit immobilier n’est plus payé à l’ouest et, du nord au sud, l’argent s’évapore, les acteurs du théâtre économique deviennent figurants ou spectateurs et l’entre-acte se prolonge.

Expert en toutes choses, Léonard de Vinci contemporain, le Chef d’Entreprise ne doit sa survie qu’au parcours périlleux d’un chemin souvent éclairé par les opinions contradictoires d’autres experts. Ne sachant en qui se fier, comment peut-il s’inspirer du passé, avoir confiance au présent, croire en l’avenir et même en lui-même ?

Trop d’impôt tue l’impôt, trop d’interlocuteurs suscite l’indifférence, trop d’information favorise l’ignorance, trop de solitude efface l’identité. Trop peu de temps pour apprendre, comprendre et entreprendre. Trop d’êtres qui attendent que le Chef d’Entreprise s’occupe d’eux et si peu qui s’occupent de lui. Trop d’attente de paraître pour être ce qui le justifie: Un créateur de valeur.